L'interview azimutée de Mélanie Bernier

Comédienne

Elle promène son joli minois sur le grand et le petit écran depuis une dizaine d’années (La Tête en friche, Populaire, Les Gamins…). Mélanie Bernier est, depuis le 6 mai, à l’affiche de Un peu, beaucoup, aveuglément, le premier long-métrage de Clovis Cornillac, dans lequel elle interprète une pianiste appliquée, voisine d’un agoraphobe. On la retrouvera dans Nos futurs, le film nostalgique de Rémi Bezançon, le 22 juillet. Rencontre en zigzag, du coq à l’âne, aller et retour.

Aimez-vous votre voix ?

Personne n’aime sa voix. En outre, je chante très mal. Mais étrangement, ma voix m’a toujours fait travailler, car c’est souvent grâce à elle que je me suis fait remarquer. On m’a souvent dit qu’elle était reconnaissable.

SMS_MelanieBernier_01

Prenez-vous des cours de chant ?

Oui, comme une psychothérapie. Je pense que le chant qui émane de soi correspond à quelque chose de très intérieur. Je prends des cours de chant pour apprendre à écouter.

Aimez-vous la promenade ?

Oui, car je viens de province, d’un petit village où j’avais l’habitude de me promener. Je ne peux pas rester toute une journée sans prendre l’air. C’est très important pour moi de marcher un peu tous les jours.

Votre fleur préférée ?

Les anémones. J’ai toujours des fleurs chez moi. Là, je viens de m’acheter des tulipes. Je les préfère aux roses. S’offrir des fleurs, pour moi, est un luxe qui illumine une journée. Quand je vais m’acheter des fleurs, c’est un vrai rayonnement intérieur pour moi.

Interview SMS de Mélanie Bernier : fleur © Annick Holtz

Rêveuse ?

Oh oui ! Étrangement, je suis à la fois très terre à terre et rêveuse. J’ai fait ce métier, car j’ai beaucoup rêvé enfant. Je rêve tellement de vies autres, de personnages. Je me souhaite de rêver toute ma vie.

Superstitieuse ?

Oui. Je l’ai été pas mal au lycée, puis ça s’est calmé. Quand je travaille, je suis un peu superstitieuse. C’est juste pour me rassurer, pour me concentrer même. Au théâtre, j’ai tout un protocole avant de rentrer sur scène : une bague qu’il faut embrasser, une certaine culotte à porter, un verre d’eau à boire à telle heure, etc. !

Interview SMS de Mélanie Bernier : dés © Annick Holtz

Un rôle peut-il être associé à un parfum pour vous ?

Oui ! Par exemple, j’ai joué six mois au théâtre et on m’avait offert un paquet de sept parfums différents. Je n’en aimais aucun ! Eh bien, je les ai gardés pendant six mois sur scène ! Pendant longtemps, je portais le parfum « Hypnose », que ma mère m’avait offert quand je jouais au Théâtre de l’Atelier, dans une mise en scène de Patrice Leconte. Je ne pouvais pas monter sur scène sans. Et aujourd’hui, pour jouer Machine dans Un peu, beaucoup, aveuglément, j’ai choisi « Divin’ Enfant » de État Libre d’Orange. Je suis allée l’acheter la veille du premier jour de tournage et, comme les fleurs, c’est un plaisir ! Je voulais offrir ce parfum à mon personnage.

Interview SMS de Mélanie Bernier : parfums © Annick Holtz

À l’aise, assise à un piano ?

Non ! Ce sont les scènes qui m’ont fichu le plus le trac et qui m’ont demandé beaucoup de travail. Je n’ai aucune oreille musicale ! La comédie, ce n’est que de l’écoute, pourtant. C’est pour ça que je prends des cours de chant. Le piano a beaucoup ouvert mon oreille, mais ce fut laborieux.

Interview SMS de Mélanie Bernier : piano © Annick Holtz

Qu’y avait-il sur les murs de votre chambre d’enfant ?

J’ai eu ma période Leonardo DiCaprio, à cause de Titanic que je suis allée voir quatre fois au cinéma. C’est le seul poster d’acteur que j’ai eu.

Aimez-vous les miroirs ?

Oui. Je suis actrice, je suis narcissique, le miroir est important pour moi. J’en ai un dans ma salle de bains et un dans mon salon, pour voir si mes chaussures vont bien avec mon pantalon !

Interview SMS de Mélanie Bernier : miroir, appareil photo© Annick Holtz

Talons hauts ou talons plats ?

Les deux. Beaucoup de baskets aussi. Dans Un peu, beaucoup, aveuglément, je porte des chaussures plates, alors quand je vais présenter le film au public lors des avant-premières, je porte des talons hauts, car il est important pour moi de me différencier de mes personnages. Comme je ne suis pas très grande, que je fais jeune et que je suis fine, j’ai beaucoup porté de talons, mais aujourd’hui j’assume mieux le fait d’être petite.

Interview SMS de Mélanie Bernier : chaussures, jouet © Annick Holtz

Aimez-vous le maquillage ?

Dans la vie, je ne me maquille pas. Mais quand je tourne un film, même si je suis à peine maquillée, j’ai besoin de m’asseoir à la table de maquillage. C’est important pour moi.

Tintin ou Milou ?

Tintin est trop sage. Milou m’emmerde. Je préfère le Capitaine Haddock, les Dupond Dupont ou la Castafiore !

Votre juron préféré ? 

Ado, j’ai longtemps dit « Sa mère, la taupe » !

Interview SMS de Mélanie Bernier : taupe, illustration© Annick Holtz

Le comble de la comédie romantique ?

Coup de foudre à Notting Hill est l’une de mes comédies fétiches. Dirty Dancing, je l’ai vu mille fois. Pretty Woman, Quatre mariages et un enterrement, l’intégrale Hugh Grant ! Parce que ce sont les films du rêve, parce que c’est beau, parce que ce n’est pas la vraie vie.