Nostalgia de Mario Martone

Poly Critiques

Après 40 ans d’absence, Felice retourne dans sa ville natale : Naples. Il redécouvre les lieux, les codes de la ville et un passé qui le ronge.
Nostalgia de Mario Martone, film italien en compétition au dernier festival de Cannes (2022), ne nous aura guère convaincu…

Les avis de la Bande :

 

Nostalgia contient tous les clichés du grand film italien : Naples, la mafia, l’église catholique, et le deuil de la mama. Pourtant, Mario Martone nous emmène ailleurs, à travers le récit d’un héros mystérieux qui retrouve peu à peu les traces de son enfance, les habitudes enfouies, la ville qu’il croyait avoir oubliée. Le rôle principal est tenu par le toujours brillant Pierfranceso Favino (vu, notamment, dans Le Traître de Marco Bellocchio), qui porte le film en interprétant avec une grande finesse ce personnage aux émotions secrètes, intérieurement tourmenté et qui laisse peu transparaître. Dommage que la mise en scène parfois peu audacieuse ne soit pas toujours à la hauteur d’un scénario brillant et subtil. Mais ce retour à Ithaque sauce napolitaine touche du doigt un sentiment que trop de films confondent avec la mélancolie : le souvenir d’un passé lointain, déjà mort, et pourtant si vif, qu’on pourrait croire capable de revenir sous nos yeux : la nostalgie.

Pierre Charpilloz

 

 

Un avion, un homme dit quelques mots en arabe, puis le même homme parle italien dans une ville italienne, immédiatement reconnaissable : Naples. Il se promène de rue en rue. À la recherche de quelque chose ou de quelqu’un, il hume la ville comme un parfum familier, puis rend visite à sa mère. En quelques plans, sublimes, Mario Martone (Mort d’un mathématicien napolitain, 1992) installe son histoire, celle de Felice Lasco, de retour dans sa ville natale après quarante ans d’exil dans un pays lointain, où il s’est marié et converti à l’islam. Las, passé les vingt premières minutes, le film s’enlise dans les raisons de cet exil à coup de conversations explicatives avec d’anciennes connaissances et un prêtre très investi dans la réinsertion de la jeunesse perdue d’aujourd’hui. Pour narrer la jeunesse perdue d’hier, et le passé trouble de Felice, des flash-back en format carré rétrécissant soudain l’écran viennent illustrer platement ce que les premières scènes évoquaient comme par magie. Même ce grand acteur qu’est Pierfrancesco Favino (Une mère, 2014 ; Le Traître, 2019) en perd son latin et son immense talent. Pourquoi tant de lourdeur, alors que le réalisateur manie volontiers l’ellipse (la mort de la mère notamment est ici étrangement éludée) ? La nostalgie n’est plus ce qu’elle était…

Isabelle Danel

Consultez nos étoiles sur les films en compétition à Cannes 2022