L'ABCdaire de Juliette Binoche

Une déambulation sonore autour de la vie et du cinéma

Dans La Bonne Épouse de Martin Provost, Juliette Binoche incarne une femme corsetée qui va peu à peu se libérer de ses carcans. Dans ce rôle d’épouse modèle qui se retrouve soudain aux commandes de sa propre vie, elle semble exulter. Son regard pétille et dans les étincelles nichées au creux de sa rétine se lit l’expression de sa foi profonde dans les pouvoirs transformateurs du cinéma. Car, quand elle incarne un personnage sur un plateau ou une scène, quand elle danse (comme ce fut le cas avec Akram Khan en 2008) ou quand elle dessine et peint, Juliette Binoche se fait exploratrice, alchimiste, vectrice d’une énergie vitale salutaire pour ses spectateurs.

Dans cet ABCdaire, qui lui a été proposé comme un jeu, elle navigue du trivial au spirituel (aller et retour), analyse, partage son savoir, et se confie. Parmi les pépites cachées dans cet entretien sonore figure son rire en cascade. Il faut se le repasser en boucle, ce rire reconnaissable entre mille. Dans les jours adverses, il a le pouvoir de vous remettre en route.

 

A comme Appétit 

 

 

B comme Bascule 

 

 

C comme Corps 

 

 

D comme Déraison 

 

 

E comme Exploratrice 

 

 

F comme Féminin 

 

 

G comme Grâce 

 

 

H comme Horizon 

 

 

I comme Inconscient 

 

 

J comme Joie 

 

 

K comme Kangourou 

 

 

L comme Lumière 

 

 

M comme Main 

 

 

N comme No ! 

 

 

O comme Oser

 

 

P comme Présent

 

 

Q comme Quête

 

 

R comme Rituel