Droit sortie de la fertile imagination des studios d’animation Dreamworks, voici l’histoire d’un escargot qui ne rêve que de vitesse, et finira par concourir à Indianapolis contre les plus féroces coureurs automobiles ! Comme dans une comédie romantique américaine, le corps de Turbo subit une métamorphose inexpliquée en passant accidentellement dans le moteur d’une voiture : il devient, bel et bien, super rapide, avec phares intégrés. « Et si au réveil demain, tu avais perdu tous tes pouvoirs ? », lui demande Chet, son sage frangin adepte de la prudence et du repli sous la coquille. « Raison de plus pour vivre à fond cette journée », réplique le vaillant gastéropode. Attention, film zinzin ! Dès l’ouverture qui voit notre héros se mesurer à son idole, La Gagne, sur l’écran d’une télévision, le pari est gagné. L’univers haut en couleur nous fait passer d’un carré de plants de tomates à un circuit automobile en passant par une zone commerciale désaffectée, de la compagnie des escargots résignés à celle de loosers bienveillants et imaginatifs. Les péripéties se multiplient (ah, l’attaque de corbeaux !), les dialogues étincellent (les voix américaines sont formidables), et la bande-son s’empare de la musique de Rocky pour nous narrer cette histoire d’un tout petit qui aspire à se dépasser. Autant pour les enfants que les parents, cette nouvelle prouesse animée en 3D est un régal pour les yeux, les oreilles, et les zygomatiques.